Quand j’étais tout petit, je jouais du piano (très bon pour le cerveau), et j’adorais cet instrument. Enfin surtout au début, car ensuite j’ai été au conservatoire et deux fois par an, il y avais des examens. Il fallait préparer pendant plusieurs semaines un morceau qu’on allait jouer devant un jury, voir même devant un public. Et c’est à partir de la que pour moi le piano est devenu avant tout une sensation de stress. Je me rappel que j’avais une prof que j’adorais. Elle était souriante, enthousiaste, et un jour, juste avant un examen, elle m’a mis les mains sur les épaules, m’a regardé droit dans les yeux et m’a dit : « surtout ne stress pas« .

Un exemple révélateur

Alors, je vais te le faire, je vais te demander par exemple de ne pas penser à ta respiration. Voir même, de ne surtout pas retenir un chiffre qui n’aurait aucune importance pour toi, par exemple le chiffre 834. N’imagine pas un 8, un 3 et un 4. Ne le grave pas à l’intérieur de toi, il ne faudrait surtout pas que tu t’endorme en pensant à ce chiffre, en rêver la nuit voir te réveiller avec. Ducoup je te propose un moment de silence pour ne pas le mémoriser vraiment.

Tu imagines bien que ça n’a pas dutout marché quand elle m’a dis ça, voir même ça m’a centré sur mon stress, j’en est ressenti de plus en plus. Cette prof était très bienveillante, mais il y a un dicton qui dit « l’enfer est pavé de bonnes intentions« . Elle était tellement chargée de bonnes intentions, qu’elle n’avais aucune idée du fonctionnement du mental et du cerveau.

Mais comment fonctionne notre cerveau ?

On sait beaucoup et peu à la fois

Pour ma part il a fallu que j’attende des années et des années avant de pouvoir retoucher un piano en y prenant du plaisir. C’est après le conservatoire que c’est revenu. Alors j’en ai tiré deux idées. La première est que on ne sait pas très bien comment fonctionne notre cerveau et évidemment nos parents, nos enseignants n’en ont aucune idée. Ils essaient de bien faire mais ils n’en ont pas les moyens. Et la deuxième idée, c’est que si on apprend pas à contrôler notre cerveau c’est lui qui nous contrôle.

Nous sommes des êtres émotionnels

Tu sais dans notre éducation la plupart du temps on nous demande de contrôler, de maîtriser, de canaliser notre attention. On nous demande de faire tout un tas de chose mais à aucun moment on nous dit « voila comment ça fonctionne« . On est un peu livré à nous mêmes. De plus, on nous dis qu’on est des des être rationnel mais la plupart du temps dès qu’on a une émotion, notre raison est balayée. Nous ne sommes pas des être rationnels. Nous sommes avant tout des êtres émotionnels. 

Prend quelqu’un qui a une phobie par exemple. Quelqu’un qui a une phobie de l’avion, et juste avant de monter dans l’appareil, tu pourrais par exemple lui expliquer, très sereinement, que l’avion est le moyen de transport le plus sécurisé du monde. Qu’il n’y a aucun risque à monter dans cet engin là. Je pense qu’il te regarderait avec encore plus de colère dans les yeux, en te disant « je sais bien, c’est pas dutout ça le problème« . La raison ne suffit pas. On n’arrive pas à canaliser nos émotions avec la raison. 

Le cerveau, un fonctionnement archaïque ?

Au delà même des émotions et de ce genre d’émotions, on s’aperçoit que notre cerveau, la plupart du temps, a des fonctionnements qui ne sont pas tout à fait adaptés à notre vie social moderne. On pourrait prendre plein d’exemple de ça, on parlait du stress par exemple, mais le stress à la base est une bonne réaction. Dans la nature quand il fallait courir très vite, c’était très bien que le sang descende dans nos jambes et qu’on ait le réflexe de partir. Le problème, c’est que beaucoup de situations, un examen, un oral du concours Passerelle et autres, ne nous demandent pas de partir en courant. La situation n’est plus tout à fait adaptée.

Imagine une petite route de campagne la nuit. Un lapin traverse la route, et une voiture arrive pleins phares. Pour ce lapin, il y a un réflexe logique, car cela fait des centaines et des centaines de générations de lapins qu’a été ise au point une réaction très précise devant un prédateur : se figer. Sauf que ce lapin ne sait pas très bien ce qu’est une voiture. La voiture le renverse.

cours de cerveau

Et si on avait des cours de cerveau ?

Des progrès mémorables

Cela veut simplement dire que c’est un fonctionnement archaïque. Alors heureusement, on pourrait rééduquer notre cerveau, on pourrait réapprendre de nouveaux fonctionnements, modifier nos perceptions, modifier nos réactions.  Mais ça demanderais que quelqu’un nous apprenne comment ça fonctionne. Je ne sais pas si çà te fais la même chose, mais moi je trouve ça assez étrange qu’on ait tous passé plus de temps à apprendre à nous servir d’un ordinateur, d’un téléphone, que ce qui flotte entre nos deux oreilles. Surtout que maintenant, on commence à avoir des idées sur ce fonctionnement la, avant on pouvait dire qu’il y avait des manques, et que ce n’était que l’intuition, mais aujourd’hui les neurosciences, la psychologie sociale, la psychologie cognitive commencent à cartographier tout doucement le cerveau, nous sommes loin de tout connaitre, mais on a déjà des idées qui sont utilisables.

Cours de cerveau au CP

Alors, si on pouvait rêver d’un monde idéal, au CP, on aurait un cours de cerveau. Imagine, reviens au CP. Le tout premier jour,un prof serait arrivé, et aurait commencer à t’expliquer comment ça fonctionne. Avant de te demander de mémoriser quelque chose, quelqu’un t’aurait appris par exemple comment on mémorise. Ce serait génial non ? Imagine le temps gagné. On nous apprendrais par exemple à mémoriser et à stocker des images. On nous apprendrait qu’il y a aussi une mémoire auditive, et on nous apprendrait à l’utiliser, et à la coupler à la mémoire visuelle. De même, on nous apprendrais même qu’il y a une mémoire du corps, des sensations, et que quand on couple une autre mémoire à la mémoire du corps, elle est encore plus efficace. On nous apprendrait que la mémoire s’entretient, et on sait aujourd’hui que des gens gagnent des concours de mémoire après 60 ans.

Changer notre rapport au monde

On nous apprendrait donc à mémoriser, et à gagner un temps infini dans notre vie. On y prendrait aussi énormément de plaisir. Enfin, on nous apprendrait d’autres choses dans ce cours de cerveau. En quelques semaines on saurait mémoriser donc on pourrait passer ensuite à la gestion des émotions. On apprendrait à transformer le stress en confiance, ou en capacité de dépassement. On nous apprendrait à nous concentrer, et on nous apprendrait à devenir plus créatif. Ça ne serait que des choses basiques finalement. Si on faisais ça, on pourrait changer très facilement notre rapport au monde.

D’après une conférence TED de Kevin Finel.